La gestion des intempéries dans le BTP, rémunération et impacts

Par kalitics Le 5 juillet 2022

La gestion des intempéries dans le BTP, rémunération et impacts

Dans les métiers du BTP, on est souvent soumis aux intempéries. Celles-ci peuvent vous forcer à stopper le travail sur un chantier pendant plusieurs jours. Cela a des impacts sur la rentabilité et sur l’avancement de vos chantiers. Quels sont les conséquences des intempéries sur la rentabilité d’un chantier ? Quelles solutions s'offrent à vous pour la rémunération de vos salariés arrêtés ? Suivez nos conseils !

Comment définir les intempéries 

Dans le Code du travail, sont considérées comme intempéries : “les conditions atmosphériques et les inondations lorsqu'ils rendent dangereux ou impossible l’accomplissement du travail eu égard soit à la santé ou à la sécurité des salariés, ou encore à la nature ou à la technique du travail à accomplir.”

Cela comprend alors les inondations, la pluie, le gel, le verglas, le grand vent, la neige… Lorsqu’ils rendent le travail sur un chantier impossible ou dangereux. 

Les températures extrêmes ne font pas partie des intempéries telles que définies dans le Code du travail, au même titre que les conséquences des intempéries. Ces dernières donnent plutôt lieu à un chômage technique pour vos salariés, en cas d’arrêt du chantier. 

Comment limiter l’impact sur la rentabilité du chantier

En cas d’intempéries, vous allez donc devoir prendre la décision éventuelle d’arrêter vos salariés pendant un temps. Bien entendu, ceux-ci devront tout de même être rémunérés. Pour que cela n’ait pas un grand impact sur la rentabilité de votre chantier, il existe une Caisse des Congés Intempéries (la CIBTP). Cet organisme territorial agréé finance les congés payés intempéries dans le secteur du BTP. En effet, chaque entreprise du bâtiment cotise à la CIBTP chaque mois, en versant des cotisations chômage intempéries, pour se prémunir des risques d’intempéries. Notez bien que dans les travaux publics et les entreprises au statut coopératif, ce n’est pas la Caisse des Congés intempéries qui gère cela mais la Caisse Intempéries (une caisse nationale). Celle-ci a le même rôle que la CIBTP. 

Comment bénéficier des congés intempéries

En cas d’intempéries, tout d’abord c’est à vous, l’employeur, de décider d’arrêter de faire travailler vos salariés sur le chantier. Une fois cette décision prise, elle doit faire l’objet d’une déclaration (par arrêt et par chantier); cette déclaration d’arrêt de travail pour intempéries est à transmettre à la Caisse de Congés Intempéries (CIBTP), dans un délai de 30 jours à compter de la reprise de travail. 

Cette déclaration vous permet d’obtenir le remboursement des indemnités congés intempéries. Car dans un premier temps, c’est vous qui allez verser cette indemnité journalière d’intempéries à vos salariés, à la date habituelle de versement de leur salaire. 

Pour que vos salariés puissent bénéficier de l’indemnisation congés intempéries, il y a certaines conditions à remplir :

- Le salarié doit avoir travaillé au minimum 200 heures durant les deux mois précédant l’arrêt pour cause d’intempéries. Ces heures peuvent avoir été effectuées dans une ou plusieurs entreprises du BTP. 

- Le salarié doit être présent sur le chantier lorsque celui-ci s’arrête. Si votre salarié est par exemple en congés, en arrêt ou déclaré inapte à ce moment-là, il ne touchera pas l’indemnité congés intempéries. Cependant, il pourra en bénéficier à partir du jour auquel il aurait dû revenir sur le chantier. 

- Au premier janvier de l’année en cours, le salarié ne doit pas avoir été indemnisé de plus de 55 jours de congés intempérie. Le total qu’un salarié peut toucher par année civile est donc 55 jours de congés intempérie. 

Les droits et devoirs du salarié en cas d’intempéries

En cas d'arrêt de chantier pour cause d’intempéries, vos salariés sont tenus de rester disponibles pour l’entreprise. Cela signifie que vous pouvez très bien les placer sur des travaux de remplacement, correspondant ou non à leur métier et qualifications. 

Côté indemnité, celle-ci ne peut dépasser :

- 9 heures par jour

- 45 heures par semaine

- 55 jours par année civile. 

 

Elle est calculée de la manière suivante : 75% du salaire horaire, multiplié par le nombre d’heures indemnisables. Comme salaire de référence, il faut prendre le salaire perçu par le salarié la veille de l’arrêt pour cause d'intempérie. 

Notez aussi que l’indemnité congés intempéries est exonérée de charges, elle est simplement soumise à l’impôt sur le revenu. De plus, vos salariés sont rémunérés à partir de la deuxième heure d’arrêt pour cause d’intempéries. La première heure est une heure de carence.

 

Pour gérer la comptabilité et les salaires de votre entreprise plus facilement, découvrez notre logiciel de gestion Kalitics. Contactez-nous pour avoir une démonstration ! 

Simplifiez votre gestion d'entreprise du bâtiment avec Kalitics

Découvrez les fonctionnalités du logiciel

Plus d'articles sur le Bâtiment

Le dossier des ouvrages exécutés (DOE) dans le bâtiment

Le dossier des ouvrages exécutés (DOE) dans le bâtiment

Le 5 décembre 2022 - Qu'est-ce que le dossier des ouvrages exécutés ? Qui le rédige et que doit-il contenir ?

La Samsung Galaxy Tab Active : la meilleure option sur vos chantiers

La Samsung Galaxy Tab Active : la meilleure option sur vos chantiers

Le 18 juillet 2022 - Découvrez tous les avantages de la Samsung Galaxy Tab Active pour la gestion quotidienne de vos chantiers.

Les délais de recouvrement de vos factures BTP

Les délais de recouvrement de vos factures BTP

Le 20 juin 2022 - Quel est le délai de recouvrement de vos factures ? Comment procéder pour obtenir le paiement de vos factures non réglées ?

La formation par Kalitics

La formation par Kalitics

Le 9 juin 2022 - Comment ca se passe la formation chez Kalitics ? On vous explique !

Comment fonctionne la garantie de parfait achèvement ?

Comment fonctionne la garantie de parfait achèvement ?

Le 31 mai 2022 - La garantie de parfait achèvement couvre le maître d’ouvrage en cas de malfaçons, vices ou désordres constatés à la livraison du chantier.

Comment rédiger vos conditions générales de vente (CGV) ?

Comment rédiger vos conditions générales de vente (CGV) ?

Le 23 mai 2022 - Les conditions générales de vente sont indispensables pour encadrer vos relations commerciales avec vos clients.